25 novembre 2019

[Paroles d’expert] Risque chimique : comment le prévenir ?

De nouvelles valeurs limites indicatives d’exposition professionnelle (VLIEP) vont entrer en vigueur le 1er juillet 2020 suite à la publication d’un arrêté en date du 27 septembre 2019. Par ailleurs, une directive européenne en date du 24 octobre 2019 est venue fixer les VLIEP pour 10 substances chimiques. Ces dernières dispositions devront être transposées dans la réglementation française avant le 20 mai 2021. A cette occasion Jérôme Charpentier vous propose de revenir sur la manière de prévenir le risque chimique.

[siteorigin_widget class= »iheu_widget »][/siteorigin_widget]

Le risque chimique et les moyens d’agir pour le prévenir par Jérôme Charpentier, expert HSE

La réglementation applicable à la prévention des risques chimiques s’inscrit dans le respect des obligations de l’employeur en matière de santé et sécurité de ses salariés (articles L.4121-1 et 2 du code du travail). En effet, les substances et mélanges contenant des produits chimiques ont des propriétés tellement différentes que la réglementation applicable appréhende ce risque de la fabrication jusqu’à l’utilisation professionnelle.

Le code du travail fixe plusieurs règles générales de prévention, dont :

  • L’obligation d’évaluer les risques générés par toutes les activités de l’entreprise pouvant exposer ses salariés à des agents chimiques ;
  • Des obligations de mesures de prévention techniques et organisationnelles ;
  • De garantir l’hygiène des travailleurs ;
  • L’obligation de vérifier les installations de protection (collective et individuelle) ;
  • Contrôler régulièrement l’exposition des travailleurs aux agents chimiques dangereux ;
  • ….

Pour plus d’informations et de détails sur ces règles générales de prévention, je vous invite à consulter le site de l’INRS[1]

Cette réglementation spécifique au risque chimique s’explique notamment par sa sinistralité. En 2017, les « substances chimiques, explosives, radioactives… » ont engendré 2919 accidents de travail, près de 4000 Maladies professionnels, 950 nouvelles incapacités permanentes (AT (90) +MP(860) et 339 décès (AT(4) + MP(335))[2].

En outre, plus de 80 tableaux de maladies professionnelles sont relatifs aux effets sur la santé de substances ou mélanges de produits chimiques[3]

L’évaluation du risque chimique est primordiale afin d’identifier, d’évaluer et de hiérarchiser l’ensemble des produits chimiques utilisés au sein d’un périmètre donné.

La réglementation ne vous oblige pas à respecter une méthodologie spécifique.  Cependant, la méthode développée par l’INRS et la sécurité sociale[4] s’est imposée en pratique comme la méthode de référence.

Les étapes de cette méthode sont les suivantes :

  • Partie 1 : Identifier les agents chimiques et évaluer leur dangerosité ;
  • Partie 2 : Evaluer et hiérarchiser les risques ;
  • Partie 3 : Mettre en place des actions de prévention ;
  • Partie 4 : mettre à jour votre évaluation (à minima une fois par an).

En outre, les principaux éléments à prendre en compte pour une évaluation réussie sont :

  • L’importance de réaliser un état des lieux exhaustifs. Pour cela, vous devez prendre en compte :
    • Les produits utilisés, et stockés. Cela revient à extraire l’intégralité des produits achetés.
    • Identifier les substances produites par votre activité. Par exemple, vos déchets, des poussières, des fumées…
      • Exemple plus précis :
        • Les particules fines produites par un moteur diesel ;
        • Les poussières métalliques produites par les opérations de meulage ;
        • Les vapeurs émises lors de réaction chimique.
  • La nécessité d’identifier l’intégralité des phases de travail où vous utilisez vos produits chimiques. Pour cela, on peut se poser plusieurs questions :
    • Où les produits sont-ils stockés dans l’entreprise (logistique, atelier…) ?
    • Comment sont-ils déplacés ?
    • Comment le produit est utilisé ? au pinceau, pulvérisé ?
      • Est-il en contact avec le produit ?
      • Le travailleur, peut-il le respirer ?
    • Y-a-t-il des opérations de transvasement, de dépotage ? Comment cette opération est-elle effectuée ?
    • Quels sont les protections mises à disposition ?
      • Collectives, ex : piquage d’aspiration, automatisation des procédés
      • Individuelle, ex :
    • Que rejette l’activité (poussière, fumées, déchets…) ?
    • Quelles sont les situations dégradées connues et/ou probables ?
  • L’intérêt d’utiliser des documents techniques pour connaitre la dangerosité des produits :
    • L’étiquette du produit chimique ;
    • La Fiche de Données de Sécurité (FDS) ;
    • Les études toxicologies (très utile dans le cas de résidus produits par votre activité).

L’évaluation du risque chimique est donc une opération complexe. C’est pourquoi, il existe de nombreux outils permettant de réaliser cette évaluation en respectant la méthodologie recommandée par la sécurité sociale. On peut citer l’outil SEIRICH[5] ou encore HSE PERFORM[6].

Pour plus de détails sur ce sujet, je vous invite à consulter le guide pratique d’évaluation du risque chimique réalisé par les services de santé au travail de Pays de la Loire[7]

 

Après la réalisation de votre évaluation, le travail n’est pas terminé. En effet, la mise à jour de votre évaluation est très importante pour qu’elle reste un outil pertinent. Afin de réaliser cette actualisation, il faut prendre en compte les éléments suivants :

  • Les nouveaux produits chimiques. Il est impératif de mettre en place un process solide permettant de surveiller l’entrée de nouveaux produits chimiques au sein de votre entreprise.
  • Réaliser des contrôles sur le terrain sur l’utilisation effective des moyens de protections collectives et individuelles mises à leur disposition.
  • La survenance d’incidents voir d’accidents. N’oubliez surtout pas d’identifier et d’analyser les causes racines de ces événements.
  • La réalisation de prélèvement atmosphérique au poste de travail afin de surveiller le respect des valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) en vigueur.

 

Ah les fameuses VLEP! , vaste sujet qu’il est nécessaire d’appréhender correctement. En effet, c’est un moyen permettant de mesurer l’efficacité des moyens de protection collective mis en place pour protéger les salariés contre le risque d’inhalation d’une substance dangereuse. Cependant, la réalisation de ces prélèvements est très onéreuse, d’autant que ces mesures sont réalisées de manière annuelle par de nombreuses entreprises, pour leurs produits chimiques.

Toutes les VLEP ne doivent pas être effectuée annuellement. En effet, il existe trois types de VLEP :

  • Les valeurs limites réglementaires contraignantes :
    • Elles sont fixées (R4412-149) pour les agents chimiques les plus dangereux pour lesquels, il existe des méthodes de prélèvement et d’analyse validés.
    • Les entreprises doivent faire réaliser annuellement un contrôle des expositions par un organisme accrédité.
    • Pour les agents chimiques non CMR, ce contrôle annuel n’est pas nécessaire si l’évaluation des risques a conclu à un risque faible.
  • Les valeurs limites réglementaires indicatives
    • Ces valeurs sont fixées par l’article R4412-150 du code du travail. Depuis 2014, les entreprises doivent faire réaliser un contrôle des expositions par un organisme accrédité. La fréquence des contrôles n’est pas précisée par l’article R4412-76 du code du travail.
    • Pour information un arrêté du 27 septembre 2019 fixe de nouvelles valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) indicatives pour 21 agents chimiques. Il entre en vigueur le 1er juillet 2020. En complément, une directive en date du 24 octobre, est venue fixer des valeurs limites indicatives d’exposition professionnelles (VLIEP) pour 10 substances chimiques. Elle devra être transposée dans la réglementation française avant le 20 mai 2021.
  • Les valeurs admises :
    • Ces valeurs ont été établies à partir d’études effectuées par des groupes de travail. La réglementation ne demande pas de contrôler ces dernières.

En résumé, les VLEP que vous devez contrôler annuellement par un organisme accrédité sont :

  • Les VLEP réglementaires contraignantes ou indicatives des substances classées Cancérigènes Mutagène et toxiques pour la Reproduction (CMR) [R.4412-76 du code du travail]

Pour obtenir ces VLEP, vous pouvez vous appuyer sur :

  • Les fiches de donnée de sécurité ;
  • Les études toxicologiques ;
  • L’outil « Liste des VLEP françaises » de l’INRS[8];
  • L’aide-mémoire technique de l’INRS : Ed984[9].

Le risque chimique et son évaluation son  donc, des sujets techniques mais primordiaux pour chaque entreprise. Ce domaine est très réglementé et toujours en évolution.

En effet, de plus en plus d’études toxicologiques s’intéressent aux problématiques des perturbateurs endocriniens (ex : le parabène) et aux nanoparticules (dioxyde de titane). Seront-ils des sujets qui « exploseront » comme l’amiante dans les années à venir ?

 

Kisio Performances et Mobilités Responsable peut vous accompagner afin d’appréhender cette problématique complexe mais passionnante grâce à des prestations et des outils adaptés à vos besoins notamment :

  • L’outil HSE Perform Module Risque chimique qui vous permet de réaliser votre évaluation du risque chimique ;
  • Un accompagnement afin de vous aider à réaliser votre évaluation du risque chimique ;
  • Un accompagnement dans l’identification des VLEP applicables à votre établissement.

« Paroles d’expert », c’est une actualité ciblée, décryptée par nos experts HSE. Pour discuter autour de vos sujets liés aux risques chimiques, n’hésitez pas contactez-nous ! 

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_SocialMediaButtons_Widget »][/siteorigin_widget]

4 octobre 2022

Journée mondiale des animaux : comment sont protégés nos animaux domestiques en France ?

Le 4 octobre revêt chaque année, pour les défenseurs de...

27 septembre 2022

Vers une interdiction progressive des micro-plastiques ?

La Commission Européenne a publié le 30 août 2022 un...

20 septembre 2022

On fait le point sur les objectifs du développement durable

Du 18 septembre au 8 octobre 2022, c’est la semaine...

13 septembre 2022

Quels sont les éléments de la loi santé au travail qui entrent en vigueur au 1er octobre 2022 ?

La Loi n°2021-1018 du 2 août 2021 relative au renforcement...

7 septembre 2022

Ce qui change en septembre 2022

Chaque année, début septembre, plus de 10 millions d'enfants et...

30 août 2022

[Parole d’expert] Le Module déchet

L’émergence des préoccupations environnementales a débuté dans les années 1970....

23 août 2022

[Parole d’expert] Les Plans de Gestion de Solvants (PGS) – actualisation 2022

Dans le cadre de notre expertise en études et conseil...

16 août 2022

Récapitulatif sur la réglementation relative aux zones à faibles émissions

L’amélioration de la qualité de l’air : un enjeu de santé...

8 août 2022

Les moyens de prévenir les conduites addictives en milieu professionnel

On entend par conduites addictives les comportements persistants sur une période...

29 juillet 2022

[Actu brève] Projet de décret relatif à la décentralisation de la gestion des sites Natura 2000

Le réseau Natura 2000 a pour objet la préservation et...

26 juillet 2022

L’autorité de régulation des transports : ouverture et utilisation des données de mobilité

La directive 2010/40/UE du Parlement européen et du Conseil du...

19 juillet 2022

Focus sur la notion de réemploi et de réutilisation : deux alternatives au recyclage

Le réemploi et la réutilisation contribuent tous deux au prolongement...

12 juillet 2022

Le numérique responsable : quelques bonnes pratiques

Le numérique responsable, qu'est-ce que c'est ? Le numérique responsable...

5 juillet 2022

Pollution marine : il faut en finir avec le plastique !

Chaque 3 juillet c'est la journée mondiale sans sac plastique...

1 juillet 2022

[ACTU BREVE] Conseil économique, social et environnemental : modalités de dépôt d’une pétition

Le Décret n° 2022-886 du 14 juin 2022 portant application...

28 juin 2022

Le débat autour de la question du glyphosate fait son grand retour !

Contexte : L'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) du glyphosate...

21 juin 2022

L’avènement de la qualité de vie et des conditions de travail

Du 20 au 24 juin c’est la semaine de la...

14 juin 2022

Les aménagements au travail en période de canicule

Le choix de la tenue vestimentaire : une liberté En principe,...

31 mai 2022

Du nouveau dans lutte contre le harcèlement sexuel au travail

Le harcèlement sexuel est un délit consacré par le droit...

24 mai 2022

Révision des arrêtés de délimitation et de surveillance des masses d’eau

Deux arrêtés publiés au Journal Officiel du 11 mai viennent...

17 mai 2022

Vers un renforcement des enjeux relatifs à la ressource en eau ?

La justice européenne impose la prise en compte des impacts...

3 mai 2022

Décret tertiaire : l’arrêté « Valeurs Absolues II » est paru au Journal officiel

Après une consultation publique organisée en début d’année, l’arrêté « Valeurs...

29 avril 2022

Les biodéchets : qu’est ce que c’est, où on en est ?

En France, les biodéchets représentent chaque année plus de 10...

26 avril 2022

Loi santé au travail : publication de nouveaux arrêtés d’application

Aujourd’hui, le 28 avril 2022, est la journée mondiale de...

12 avril 2022

Le Conseil constitutionnel restreint l’exercice du droit de recours des associations

Dans un litige opposant l’association La Sphynx et le groupe...

5 avril 2022

Nouveautés réglementaires relatives au Défenseur des droits et aux lanceurs d’alerte

Deux lois ont été rendues le 21 mars 2022 : La...

29 mars 2022

Nouveau délit de harcèlement scolaire

La loi du 2 mars 2022 visant à combattre le...

22 mars 2022

Le transport fluvial urbain : vers une mobilité plus verte

D’après une enquête de l’ADEME, un Français actif passe en...

15 mars 2022

Loi Santé au travail : qu’est ce qui entre en vigueur au 31 mars 2022 ?

Le 31 mars prochain, de nombreuses mesures de la loi...

8 mars 2022

Pollution des rivières

Les premières mesures de la qualité des rivières datent des...

4 mars 2022

La Journée mondiale de l’ingénierie pour le développement durable

Aujourd’hui, le 4 mars 2022, est la journée mondiale de...

1 mars 2022

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) validée par le juge judiciaire

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) en matière environnementale...

23 février 2022

Quelle stratégie de l’Union européenne en matière de biodiversité ?

Le Parlement européen a rendu une résolution le 9 juin...