28 avril 2021

[Parole d’expert] La culture de sécurité

La culture de sécurité peut se définir comme un ensemble de manières de faire et de penser largement partagées par les acteurs d’une organisation afin de maîtriser les risques les plus importants liés aux activités. Contrairement à une politique ou un système sécurité, le terme de culture induit des valeurs communes autour desquelles l’ensemble de l’organisation se retrouve. Ces valeurs sont partagées et font consensus. Cela signifie que la sécurité fait partie de l’ADN de l’entreprise, et que ces notions sont prises en compte dans tous les processus clés (achats, ressources humaines…).

Quelles sont les origines de la culture de sécurité ?

L’histoire de la sécurité industrielle propose plusieurs approches successives, chacune ayant participé à la diminution des accidents industriels et à l’apparition de la notion de culture sécurité.

Le 20eme siècle a été marqué par de grands accidents industriels, parmi ceux-ci nous pouvons citer entre autres Seveso en 1976 ou encore la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986. Au travers de l’analyse de ces accidents, on a pris conscience que, à l’origine de nombreux accidents industriels graves, il n’y avait pas seulement une erreur humaine mais plutôt une accumulation progressive de dysfonctionnements au sein de l’organisation.

C’est à partir de ce constat que la notion de culture de sécurité a commencé à prendre forme progressivement et à s’ancrer dans les entreprises industrielles.

 

 

 

Quelle sont les différentes approches de la culture de sécurité ?

Attribuer les dysfonctionnements en termes de sécurité uniquement aux individus trouve rapidement ses limites en matière de prévention. Il est nécessaire de changer son approche à la sécurité et de comprendre quelles caractéristiques de l’organisation influencent le rapport des salariés à la sécurité, que ce soit de manière positive ou négative. En effet, l’appropriation d’une procédure, le dialogue avec le management, la remontée et le traitement des irritants sont autant d’élément à prendre en compte dans la prévention des risques. C’est l’approche par la culture de sécurité.

En partant de ce postulat nous retrouvons souvent en entreprise trois types de cultures complémentaires qui viennent contribuer à la culture de sécurité :

  • Culture intégrée. La mobilisation de tous. Nous avons tous entendu ce slogan « la sécurité c’est l’affaire de tous ». L’idée derrière celui-ci est de chercher l’engagement et l’implication de l’ensemble de l’organisation : de la Direction au collaborateur.
  • Culture interrogative. On parle alors de vigilance partagée. Cela passe par des observations terrains, des remontées de précurseurs mais cela passe avant tout par se placer dans une posture d’amélioration continue.
  • Culture de la transparence. L’idée étant de se donner les moyens de la confiance et de la liberté de parole. Le domaine de l’aéronautique est souvent cité. En effet, à l’issue de tout vol au cours duquel le commandant de bord a connu un incident, un incident grave ou un accident, celui-ci doit rédiger un Air Safety Report (ASR) pour permettre à la compagnie d’informer l’autorité et de prendre, si nécessaire, les mesures adaptées. Ces rapports sont diffusés à l’autorité (DGAC) de manière anonyme afin de favoriser les remontées d’information.

Comment une entreprise peut-elle mettre en place sa culture de sécurité et la faire évoluer ?

Il n’y a pas de culture de sécurité standard que l’on pourrait dupliquer dans toutes les organisations. Le terme « culture » impose de prendre en compte chaque spécificité, risques et contraintes d’une organisation.

Néanmoins pour mener à bien la mise en place d’une culture de sécurité il est primordial de prendre en compte trois aspects : la sécurité technique, le management de la sécurité et les Facteurs Organisationnelles et Humains.

Il faut donc développer des fondamentaux d’une culture de sécurité partagée, où toutes les parties prenantes ont conscience des risques les plus importants et de la nécessité de changer. C’est ainsi que l’on voit apparaitre de plus en plus de règles d’or de la sécurité en entreprise. On peut citer les « 12 Les Règles d’or de la sécurité » de Total ou encore « les règles qui sauvent » de la SNCF.

Il n’est pas rare que lorsque l’on demande aux collaborateurs d’une organisation « quel est le top 3 des risques auxquelles ils sont exposés », les réponses soient différentes. Cela démontre que l’organisation n’a pas réussi à créer une véritable culture de sécurité. Cela peut paraitre d’autant plus contradictoire car il existe un document réglementaire qui regroupe l’ensemble des risques et doit être communiqué aux collaborateurs, il s’agit du Document Unique.

Il est donc très important de partager cette cartographie des risques avec les collaborateurs mais avant tout de la construire collégialement avec eux. Cela passe notamment par une écoute active de la ligne managériale. En effet, les collaborateurs sont les plus à même d’identifier les risques auxquelles ils sont soumis et d’y apporter des mesures de prévention adaptées aux réalités du terrain. Il faut ensuite proposer une vision claire, concrète et pragmatique pour donner du sens. À partir de là, on peut co‑construire le programme d’actions de prévention.

 

Comment peut-on définir les Facteurs Organisationnels et Humains (FOH) ?

L’être humain restera durablement un acteur essentiel de la performance en matière de sécurité. L’imprévisibilité et la complexité des situations de travail nécessitent une contribution active de la part des êtres humains qui dépassent le cadre de la simple application stricte des règles. Il est donc important de mettre en place les conditions utiles à une action humaine fiable et sûre.

Les facteurs organisationnels et humains désignent ainsi l’ensemble des facteurs qui influencent la performance de l’activité humaine, et donc de sa productivité pour l’organisation.

La démarche FOH s’attache à analyser le travail dans sa globalité et non pas à prendre en compte les hommes de façon isolée. Elle considère donc tous les éléments d’une situation de travail et les interactions existantes entres eux, dans le but de comprendre et d’analyser les écarts entre le travail prescrit et le travail réel.

C’est une approche selon cinq composantes :

  • L’organisation (répartition des tâches, objectifs, horaires, interfaces, circuits de communication, formations, évolutions…)
  • La documentation (procédures, référentiels, consignes…)
  • Le système technique (installations, outillages, matériel…)
  • Les acteurs (opérationnels, encadrant, fonction support)
  • L’environnement (conditions climatiques et physique, disposition des lieux, ambiance sociale, comportement de tiers…)

 

Quel a été l’impact de la crise liée à la Covid-19 sur la culture de sécurité ?

Comme toute crise, le COVID 19 a dû demander aux entreprises de se remettre en question et à repenser leur modèle de fonctionnement. On a donc vu le télétravail se développer mais également la sécurité être mise au-devant de la scène avec notamment l’application des gestes barrières. La sécurité est donc encore plus aujourd’hui un atout majeur du bon fonctionnement d’une entreprise. Certaines entreprises, bien que confrontées à des difficultés économiques, ont continué à investir dans des programmes très ambitieux en matière de culture de sécurité.

La crise COVID a ainsi permis de promouvoir la culture de sécurité et a notamment permis d’éviter des accidents, de s’adapter aux événements et de créer de la résilience. Il faut donc maintenant capitaliser sur ces forces pour mieux envisager le futur. Le thème de la prochaine journée mondiale de la SST prend donc tout son sens : Anticiper, se préparer et répondre aux crises – Investir Maintenant dans des Systèmes de Sécurité et Santé au Travail (SST) Résilients.

Comment la solution Les Experts HSE PERFORM de Kisio peut contribuer à la culture sécurité ?

Kisio Etudes & Conseil a développé une solution complète de gestions des risques : Les Experts HSE Perform (https://www.hse-perform.com/).

Cette solution s’articule autour de plusieurs modules, parmi lesquels on peut retrouver entre autres le module Safety Push, le module évaluation des risques professionnels et le module accidentologie.

Comme nous l’avons vu, la remontée d’informations et notamment des situations dangereuse est un point clé de la culture de sécurité. Pour cela, il est important que les collaborateurs voire même les entreprises extérieures ou simples visiteurs puissent partager simplement la constatation d’un risque Sécurité sur le terrain. L’utilisation de Safety Push est simple et rapide, permettant à n’importe quel collaborateur de remonter les situations dangereuses SST. Le traitement de ces remontées peut découler sur la création d’une action ou de la mise à jour d’un risque du Document Unique.

 

À travers son expertise technique et règlementaire l’ensemble de l’équipe Kisio vous propose un accompagnement personnalisé. Vous aussi, venez tenter l’expérience HSE Perform et engagez-vous pour la culture sécurité. N’hésitez pas contactez-nous ! 

21 juin 2022

L’avènement de la qualité de vie et des conditions de travail

Du 20 au 24 juin c’est la semaine de la...

14 juin 2022

Les aménagements au travail en période de canicule

Le choix de la tenue vestimentaire : une liberté En principe,...

31 mai 2022

Du nouveau dans lutte contre le harcèlement sexuel au travail

Le harcèlement sexuel est un délit consacré par le droit...

24 mai 2022

Révision des arrêtés de délimitation et de surveillance des masses d’eau

Deux arrêtés publiés au Journal Officiel du 11 mai viennent...

17 mai 2022

Vers un renforcement des enjeux relatifs à la ressource en eau ?

La justice européenne impose la prise en compte des impacts...

3 mai 2022

Décret tertiaire : l’arrêté « Valeurs Absolues II » est paru au Journal officiel

Après une consultation publique organisée en début d’année, l’arrêté « Valeurs...

29 avril 2022

Les biodéchets : qu’est ce que c’est, où on en est ?

En France, les biodéchets représentent chaque année plus de 10...

26 avril 2022

Loi santé au travail : publication de nouveaux arrêtés d’application

Aujourd’hui, le 28 avril 2022, est la journée mondiale de...

12 avril 2022

Le Conseil constitutionnel restreint l’exercice du droit de recours des associations

Dans un litige opposant l’association La Sphynx et le groupe...

5 avril 2022

Nouveautés réglementaires relatives au Défenseur des droits et aux lanceurs d’alerte

Deux lois ont été rendues le 21 mars 2022 : La...

29 mars 2022

Nouveau délit de harcèlement scolaire

La loi du 2 mars 2022 visant à combattre le...

22 mars 2022

Le transport fluvial urbain : vers une mobilité plus verte

D’après une enquête de l’ADEME, un Français actif passe en...

15 mars 2022

Loi Santé au travail : qu’est ce qui entre en vigueur au 31 mars 2022 ?

Le 31 mars prochain, de nombreuses mesures de la loi...

8 mars 2022

Pollution des rivières

Les premières mesures de la qualité des rivières datent des...

4 mars 2022

La Journée mondiale de l’ingénierie pour le développement durable

Aujourd’hui, le 4 mars 2022, est la journée mondiale de...

1 mars 2022

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) validée par le juge judiciaire

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) en matière environnementale...

23 février 2022

Quelle stratégie de l’Union européenne en matière de biodiversité ?

Le Parlement européen a rendu une résolution le 9 juin...

24 juin 2022

[Actu brève] Création d’un Comité directeur sur les données liées au climat

Le 3 juin dernier, Emmanuel Macron et Michael R. Bloomberg,...

17 juin 2022

[Actu brève] Publication d’une nouvelle instruction pour la gestion des vagues de chaleur

Afin de compléter l’instruction interministérielle du 7 mai 2021 faisant évoluer le...