18 décembre 2020

[Parole d’expert] Certification ISO de systèmes de management Groupe (ou multi-sites d’une entreprise) et certification ISO de systèmes de management par établissement : quelles différences ? Quels avantages ? Quels inconvénients ?

Tout d’abord, quésaco ?

Une certification ISO Groupe correspond à la certification de plusieurs sites étant sous une même désignation sociale. Ces sites sont intégrés sous un même certificat pour un ou plusieurs référentiels. La certification ISO multi-sites fait intervenir un système et des procédures communs à l’ensemble des sites y participant.

Lors d’un audit de certification ISO Groupe, le siège social est obligatoirement audité puis l’ensemble des sites est visité sur la période d’un cycle de certification ISO (3 ans*) selon un échantillonnage représentatif. Une certification ISO par établissement est une certification attribuée à un site/établissement appartenant à un groupe. Ce dernier peut ainsi mettre en place un système et des procédures qui lui sont propres.

Quels avantages ?

Plusieurs avantages sont tirés d’une certification ISO Groupe : la mise en commun d’outils, un ou des système(s) harmonisé(s), des ressources et pratiques mutualisées (économies), l’encadrement, le suivi et l’appui du siège, des audits de certification par échantillonnage (diminution de la fréquence d’audit de certification par site), la mise à disposition de standards, le gain de temps dans la construction et la mise en place du ou des système(s), une facilité pour un site non certifié d’entrer dans une démarche de certification ISO (grâce au cadre commun).

De son côté, la certification ISO par établissement permet plus d’autonomie et d’adaptabilité. L’établissement pense et construit un/des système(s), des outils et des procédures adaptés et ajustés à ses activités, ses enjeux, ses spécificités. Egalement, l’établissement est libre dans la détermination de ses objectifs et ses engagements à l’inverse d’une certification ISO Groupe dans laquelle les sites doivent répondre aux exigences du siège (déclinaison de la politique par exemple). Les établissements peuvent être plus ambitieux et ajouter aux objectifs et engagements du groupe, leurs propres exigences (recommandé) selon leurs activités, leurs précédents résultats, leurs contraintes et spécificités locales.

Quels inconvénients ?

L’inconvénient majeur d’une certification ISO Groupe est aussi l’une de ses forces : l’interdépendance des sites dans la certification. Cette dernière est acquise ou perdue selon l’ensemble des résultats obtenus par les différents sites. Pour exemple, si l’un des sites est concerné par une non-conformité majeure et que celle-ci n’est pas levée ou ne fait l’objet d’aucun plan d’action pertinent visant à la lever dans un délai de 6 mois, alors l’organisme certificateur procèdera au retrait du certificat du Groupe (et non pas uniquement du site concerné par la non-conformité majeure).

Egalement, le sort de la certification ISO Groupe reposant sur chacun des sites, ces derniers peuvent ressentir une certaine forme de pression due à l’enjeu sous-jacent. Cet enjeu sera d’autant plus important si le groupe possède un avantage concurrentiel non négligeable grâce à la certification ou si celle-ci relève d’une exigence contractuelle. De plus, les fragilités d’un système peuvent être davantage visibles dans une certification ISO Groupe ; ceci étant dû au cadre commun dans lequel les comparaisons entre sites sont facilitées.

Pour sa part, la certification ISO par établissement nécessite la mobilisation de davantage de ressources (humaines, financières, organisationnelles, techniques, matérielles) et de temps afin d’être mise en place. Egalement, le partage de bonnes pratiques et le « benchmark interne » peut s’avérer moins aisé (recherche d’interlocuteurs adaptés). De plus, l’établissement certifié se verra audité chaque année.

Un « gagnant » ?

Ces deux modes de certification ISO présentent chacun des forces et des fragilités spécifiques. Cependant, elles s’exprimeront plus ou moins selon le contexte de l’entreprise, sa nature, son fonctionnement, ses ressources et sa stratégie. Il appartient donc au Groupe de déterminer selon ces critères s’il est plus avantageux de recourir à une certification ISO Groupe ou une certification ISO par établissement. Afin d’aider dans ce choix, un SWOT et une analyse de contexte pourront apporter des éléments de réponse.

 

 

*Un cycle de certification dure 3 ans et comporte un audit par an. Lors du tout premier cycle de certification, le premier audit est l’« audit initial » et les deux audits suivants sont les « audits de suivi ». Lors des cycles de certification suivants, le premier audit du cycle est l’ « audit de renouvellement » et les deux audits suivants sont les « audits de suivi ».

[siteorigin_widget class= »OXI_IMAGE_HOVER_PLUGINS\\Modules\\Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]

À travers son expertise l’ensemble de l’équipe Kisio vous propose un accompagnement personnalisé en fonction de vos besoins pour toute prestation d’audit ou d’accompagnement sur vos référentiels ISO, mais également pour toute expertise technique et règlementaire. N’hésitez pas contactez-nous ! 

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_SocialMediaButtons_Widget »][/siteorigin_widget]

21 juin 2022

L’avènement de la qualité de vie et des conditions de travail

Du 20 au 24 juin c’est la semaine de la...

14 juin 2022

Les aménagements au travail en période de canicule

Le choix de la tenue vestimentaire : une liberté En principe,...

31 mai 2022

Du nouveau dans lutte contre le harcèlement sexuel au travail

Le harcèlement sexuel est un délit consacré par le droit...

24 mai 2022

Révision des arrêtés de délimitation et de surveillance des masses d’eau

Deux arrêtés publiés au Journal Officiel du 11 mai viennent...

17 mai 2022

Vers un renforcement des enjeux relatifs à la ressource en eau ?

La justice européenne impose la prise en compte des impacts...

3 mai 2022

Décret tertiaire : l’arrêté « Valeurs Absolues II » est paru au Journal officiel

Après une consultation publique organisée en début d’année, l’arrêté « Valeurs...

29 avril 2022

Les biodéchets : qu’est ce que c’est, où on en est ?

En France, les biodéchets représentent chaque année plus de 10...

26 avril 2022

Loi santé au travail : publication de nouveaux arrêtés d’application

Aujourd’hui, le 28 avril 2022, est la journée mondiale de...

12 avril 2022

Le Conseil constitutionnel restreint l’exercice du droit de recours des associations

Dans un litige opposant l’association La Sphynx et le groupe...

5 avril 2022

Nouveautés réglementaires relatives au Défenseur des droits et aux lanceurs d’alerte

Deux lois ont été rendues le 21 mars 2022 : La...

29 mars 2022

Nouveau délit de harcèlement scolaire

La loi du 2 mars 2022 visant à combattre le...

22 mars 2022

Le transport fluvial urbain : vers une mobilité plus verte

D’après une enquête de l’ADEME, un Français actif passe en...

15 mars 2022

Loi Santé au travail : qu’est ce qui entre en vigueur au 31 mars 2022 ?

Le 31 mars prochain, de nombreuses mesures de la loi...

8 mars 2022

Pollution des rivières

Les premières mesures de la qualité des rivières datent des...

4 mars 2022

La Journée mondiale de l’ingénierie pour le développement durable

Aujourd’hui, le 4 mars 2022, est la journée mondiale de...

1 mars 2022

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) validée par le juge judiciaire

La première Convention Judiciaire d’Intérêt Public (CJIP) en matière environnementale...

23 février 2022

Quelle stratégie de l’Union européenne en matière de biodiversité ?

Le Parlement européen a rendu une résolution le 9 juin...

24 juin 2022

[Actu brève] Création d’un Comité directeur sur les données liées au climat

Le 3 juin dernier, Emmanuel Macron et Michael R. Bloomberg,...

17 juin 2022

[Actu brève] Publication d’une nouvelle instruction pour la gestion des vagues de chaleur

Afin de compléter l’instruction interministérielle du 7 mai 2021 faisant évoluer le...